Les meilleurs albums de 2022

Les meilleurs albums de 2022

Déjà la fin de cette année qui fût forte en émotion pour le monde de la musique que ce soit avec le retour des concerts, des festivals, et surtout de tous ces nouveaux albums apparus dans le courant de 2022.

C'est donc l'heure pour nous de vous présenter un petit bilan de l'année avec nos albums favoris, en espérant que vous y dénicherez quelques découvertes ou que cela vous donnera envie de vous repasser ces disques en espérant une nouvelle année tout autant riche musicalement !

Avant d'avancer dans la suite de notre top 25 de cette année, commençons par deux albums "mainsteam" incontournables de l'année, mais qui auront encore une fois réussi à faire tourner des têtes que ce soient nos Allemands de "Rammstein", ou nos Suédois théâtraux, autant adulés que détestés par la communauté metal "Ghost"!

25. Rammstein - Zeit

Ce n'est presque pas nécessaire d'expliquer l'apparition de notre équipe d'Allemand qui revient (seulement) après 3 ans d'attente pour nous délivrer un nouvel album imprégné de la patte des géants que sont Rammstein. Puissant, mélodique, lourd, poétique, la bande à Lindemann semble ne jamais oublier de jouer de ses talents et continue son règne sur le monde du metal industriel.

Lisez notre chronique ici

24. Ghost - IMPERA

Certains auront beau grincer des dents à voir nos Suédois apparaître dans ce top, mais force est de constater que Ghost a su encore une fois jouer de ses forces avec ce nouvel album qui convaincra encore une fois ses fans grâce à leur rock créatif et imposant.

Lisez notre chronique ici

23. Cloakroom - Dissolution Wave

Une très bonne découverte faite en début d'année avec le nouveau venu de Cloakroom qui continue la progression du groupe vers un son plus rêveur et léger aux influences shoeghaze, mais sans pour autant perdre le côté Stoner/Doom des premiers disques, même si ces sonorités sont moins grasses qu'auparavant. Un choix qui portera bien ses fruits laissant plus d'espace pour respirer à l'album. La musique des Américains nous glisse sur l'oreille, elle nous transporte et nous fait nous aventurer vers les bras de Morphée où notre imagination pourra s'exprimer à sa guise.

22. Konvent - Call Down The Sun

Tout bonnement un nouveau rouleau compresseur du quatuor féminin ! Du Death Doom aux riffs dévastateurs qui nous matraquent la tête depuis leur premier disque "Puritan Masochism" qui leur avait ouvert les portes à l'édition mastodon "Nuclear Blast". On a eu l'occasion de se manger cette dernière galette en live lors de notre passage au Desertfest de Londres, et quelle prestance. Un album qui accuse le coup sans rien laisser derrière lui.

21. Ellende - Ellenbogengesellschaft

Quelle belle consécration pour Lukas que de nous pondre ce dernier album afin de marquer les 10 ans de carrière de son projet ! Une production qui rend superbement service à ce disque et ses envolées épiques typiques des grands du black atmosphérique. On peut aussi noter cette voix qui atteint pour la première fois de sublimes aigus torturés, preuve d'un grand travail de notre Autrichien.
Lisez notre chronique ici

20. Celeste - Assassine(s)

C'est l'heure pour notre dose de Sludge/Black fidèlement infligé par nos Lyonnais depuis désormais 6 albums ! On garde la même férocité que Celeste sait si bien articuler entre break assourdissant, coulant de crasse et ces mélodies souffrantes portées par la voix de notre ancien chanteur de Mihai Edrisch.

19. Wake - Thought From Descent

Nous qui pensions tous que nos Canadiens avaient fini de nous surprendre après "Devouring Ruin" qui marquait définitivement un tournant pour la carrière du groupe en laissant leur période de Grindcore derrière eux pour livrer une pépite de blackened death. Et bien que nenni, les voici bien de retour pour enfoncer toujours plus cette porte de renouveau avec un album encore mieux conçu que le dernier et d'une intensité à toute épreuve.

18. Gaerea - Mirage

Nos Portugais à capuche sont de retour avec ce qui est probablement le pic de leur discographie, un album d'une telle intensité qui navigue entre agressivité et beauté. Un maelström nous aspirant dans l'univers aiguisé et parfaitement maîtrisé de Gaerea.

17. Sylvaine - Nova

Première douceur de notre top qui n'aurait pas pu se composer sans l'ange qu'incarne Sylvaine. Une brise de fraîcheur qui vient s'étaler sur une scène saturée d'ambiance sombre. Une perle de dark gaze, poétique et émouvant qui vient faire la synthèse de tout ce que Kathrine sait faire de mieux.

Retrouvez notre interview avec Sylvaine pour la sortie de son album ici

16. Blackbraid - Blackbraid I

C'est l'heure de prendre racine dans les origines des terres américaines, dans la culture indigène, loin des casquettes de Trump, avec ce premier jet du one man band Blackbraid. Sgah'gahsowáh (ou Jon pour les intimes) nous présente un black metal d'une soif vengeresse qui se ressent brutalement dans sa musique faisant honneur à la nature et ses ancêtres tous deux délaissés.

15. Cult Of Luna - The Long Road North

Les patrons du post-metal sont de retour, et que dire si ce n'est que les messieurs continuent d'entretenir leur discographie parfaite longue de plus de 20 ans. Ceux qui ne connaissent pas Cult Of Luna sont bons pour un voyage vertigineux dont ils ne sont pas prêts de se remettre, et les fans auront, comme d'habitude de quoi être subjugués par le talent de nos six suédois.

14. Birds in Row - Gris Klein

Assurant avant le covid la première partie de la tournée d'Alcest et désormais celle de Cult Of Luna, on peut dire que nos Français ont su se ranger aux côtés des plus grands et s'y faire une place. Chose amplement méritée lorsqu'on écoute ce dernier disque qui propulse encore plus loin l'étoile montante qu'est Birds In Row. Entre Screamo et punk/hardcore, notre trio continue de perfectionner leur art autant épineux que tête de rose.

13. foxtails - fawn

La bizzarerie du top. Un genre de screamo/post-hardcore accompagné au violon, un mélange déjà exploré par certains groupes comme "Resprire" ou "Lorem Ipsum" mais qui a toujours son petit effet, et Foxtails joue très bien avec ! À la limite du jazz par moments dans la structure de leurs morceaux, les 4 jeunes Américains offrent ici un autre disque que l'on peut qualifier sans aucun doute d'original. Le plus impressionnant doit être l'énergie qui se dégage de leur musique, quelque chose de si spécial, comme une vulnérabilité enfantine, une certaine pureté qu'il fait du bien de ressentir. Un album déstabilisant par sa "fraîcheur" et son originalité !

12. Wormrot - Hiss

El famoso groupe de Singapour qui œuvre dans un Grindcore des plus diversifiés, où moult influences viennent se mêler. Des passages Thrash, d'autres Hardcore, certains à la limite du black'n'roll ou du punk et voir même du chant clair. Tout cela noyé dans un océan de pure violence. Un retour en pleine puissance après six années d'attente !

11. Naedr - Rayau (Split w/ Crowning)

On reste à Singapour (décidement) où le préambule du disque est assuré par les amis américains de "Crowning" qui se montre être un des groupes les plus prometteurs de la scène Screamo avec un son plus lourd et ample que d'autres groupe du style. Mais cela ne serait rien sans la participation de Naedr qui est juste hallucinante. Délivrant une deuxième partie digne d'un Envy dans ses jeunes années, flirtant avec le Skramz et ses bases déconstruites et libératrices jusqu'à ses envolées crescendo qui viennent nous percuter dans une montagne de sons cathartiques soulevés par une voix déchirée.

10. GGGOLDDD - This Share Should Not Be Mine

Nous rentrons enfin dans le top 10, avec probablement l'œuvre la plus intimiste de l'année. On voyage à travers l'âme tourmentée de Milena, victime de viol dans ses plus jeunes années. Un album glaçant de par son thème dur et intimidant, mais sublimement présenté par notre Hollandaise, que cela soit sa voix immaculée et touchante ou toute la partie instrumentale qui est si bien travaillée. Allant jusqu'à maîtriser les moments de silence et l'espace qu'elle tente de donner aux instruments pour leur offrir plus de clarté et de pertinence dans leur exécution. Notre artiste se livre entièrement à nous, un exercice demandant énormément de courage et qui est même reflété par l'artwork. Tous les détails sont si bien soignés, un disque d'une maturité surprenante.

9. Cave In - Heavy Pendulum

Les légendes sont de retour et se relèvent suite à la tragique nouvelle qui avait frappé le groupe en 2018 avec le décès de leur bassiste. Mais les voici plus percutants que jamais avec un disque d'une richesse impressionnante. Autant brutal qu'épique, autant catchy que complexe. Un album qui couvre un spectre musical imposant le respect, digne de ce groupe culte.

Lisez notre chronique ici et notre entretien avec le chanteur guitariste Stephen Brodsky ici

8. Hangman's Chair - A Loner

Est-ce encore nécessaire de présenter le groupe français qui a le plus le vent en poupe des dernières années ? Après un excellent "Banlieue Triste" au code couleur plutôt chaud et ce malgré l'ambiance mélancolique imposé d'Hangman's Chair, nous revoici pour un album plus glaçant. Et comme toujours, quel travail de production, ce fameux son si éthéré et puissant qui est devenu typique du quatuor est lui aussi de retour. Ce dernier disque marque encore un succès d'une nouvelle synthèse élégante entre la résonnante violence de leurs compositions et les légères mélodies atmosphériques portées par la voix vaporeuse de Cédric.

 

7. E-L-R - Vexier

C'est au tréfonds des forêts helvétiques, oscillant entre deux montagnes qu'on retrouve E-L-R, un des groupes les plus prometteurs de nos contrées voisines, et ce, depuis leur premier venu "Mænad" en 2019. Le trio bernois délivre, encore une fois, un disque hypnotique à la frontière du post-metal et du doomgaze. C'est en passant de boucles en boucles psychédéliques que l'on se retrouve emprisonné dans cet univers contrôlé par la voix presque murmurée de nos deux chanteuses et leur marteleur chamanique. Un album plein de contraste variant avec élégance la fibre sombre de leur musique et ses élans plein d'énergie. Une expérience qu'on recommande encore plus en live, les ayant vu proches de 10 fois depuis leur premier disque.

6. Psychonaut - Violate Consensus Reality

Seulement deux ans après un "Unfold the God Man" très acclamé par les critiques et qui s'était lui aussi logé dans notre top 10 de 2020, notre trio Belge continue à transcender les esprits des auditeurs avec ce nouvel album. Que ce soit l'alliage entre les riffs accablants post-metal et toute la palette d'influence psychédélique incorporée dans leurs compositions ou bien la structure progressive de leurs chansons et ce côté presque catchy des mélodies ; tout perpétue d'être la force de la recette du groupe. On peut aussi noter le passage de la chanteuse de Brutus ainsi que l'éruption de Colin H. van Eeckhout (Amenra, CHVE, Absent in Body) sur une des pistes du disque, une autre marque du respect que le groupe inspire lorsque deux si grands artistes se joignent au voyage mental, presque spirituel, dans lequel Psychonaut nous emmène.

5. White Ward - False Light

Les fameux "jazzeux" du black metal sont de retour cette année, et ce, malgré que cela fût bien mis en péril en vue de ce qui se passe chez eux en Ukraine. Mais quelle bombe que ceux-ci ont renvoyée chez nous avec cette dernière galette. J'ai l'impression de dire cela à chaque nouvelle sortie de White Ward, mais la progression sur chaque disque est toujours aussi impressionnante. Ce dernier venu condense à merveille tout le bon qu'il y a dans ce projet, repoussant toutes les barrières de genre qui peuvent s'étendre devant eux, et pas seulement par le biais de tout leur ajout de dark jazz, mais surtout par leur approche de leur musique si unique qui allie leurs influences au travers de leur passage atmosphérique et ceux d'une grande intensité. Une vraie source d'innovation sans fin.

4. A. A. Williams - As The Moon Rests

Souvent laissée injustement en second plan face à ses comparses tel qu'Emma Ruth Rundle ou Chelsea Wolfe, et ce, malgré un début de carrière plus que remarquable entre sa collaboration avec les maîtres du post-rock Mono, ou encore ses deux premiers albums. A. A. Williams triomphe cette année avec un disque autant intime que grandiose. Tout en gardant cette partie d'influence de dark folk/gothique, l'Anglaise créée ici une atmosphère pleine de grandeur où sa voix peut faire résonner ses peines. C'est une véritable comète d'émotions qui s'élance devant nous pour percer une brèche de lumière dans ce ciel sombre qui surplombe l'univers de notre torturée.

3. Russian Circle - Gnosis

On ne présente plus ces mastodontes du post-rock/metal qu'est devenu Russian Circle et qui continue à s'imposer comme être un des incontournable du genre. On peut néanmoins noter ce changement de direction flagrant que le groupe a décidé de prendre vers un son plus lourd, plus gras, plus metal en soi, et beaucoup moins porté sur leurs influences post-rock qu'ils ont déjà pu explorer en long et travers. Un changement amorcé, déjà, sur leur dernier disque "Blood Year" mais qui prend une tout autre mesure sur "Gnosis" qui vient convaincre tout le monde avec de massifs passages s'enchaînant tout aussi puissant l'un que l'autre. Et quelle finesse à laquelle les chansons se suivent, comme si elles étaient imbriquées l'une dans l'autre, en notant une claire évolution au cours de l'album. Nos trois Américains prouvent, alors, encore une fois qu'aucune parole n'est nécessaire lorsqu'on possède un tel talent.

2. Brutus - Unisson Life

C'est le deuxième albums d'affilé des Belges qui termine au top de notre liste de fin d'année. Et quelle performance de la part du trio de revenir aussi fort, on sent qu'ils ont vraiment pris en maturité en abusant encore plus de leurs forces. Tous les passages qu'on raffolait des derniers disques sont encore plus puissants en émotions, que ce soit les pointes épiques pleines d'influences post-rock dont le guitariste nous gratifie, toutes les vagues d'agressivité hardcore/punk soutenues par la batterie en transe. Sans parler de toutes cette puissance "post-metal" que le bassiste apporte ou encore ce petit fruit interdit qu'est cette vibe "pop" qui enveloppe le disque. Une fois de plus, le mélange d'influences qu'est Brutus fonctionne à merveille et viennent nous délivrer un petit chef d'œuvre.

1. Cloud Rat - Threshold

On arrive enfin au bout de cette liste, avec une sortie qui aura eu le temps de marquer pas mal de personnes en cette fin d'année.
C'est vraiment rare de voir un album de Grindcore atteindre de tels pics d'intensités en termes d'émotion. Il y a une telle texture torturée et mélancolique qui se dégage des compositions du trio américain.
Le disque prend même le temps d'évoluer et de gagner en profondeur durant ces petites 30 minutes. C'est presque inimaginable que cela puisse se faire si parfaitement avec des chansons qui environnent autour de 2 minutes.
On comprend alors pourquoi la recette de Cloud Rat aura attiré l'attention de beaucoup de personnes aux fils des dernières années, que ce soit le prestigieux Roadburn Festival ou certaines presses spécialisées, tout le monde finit par succomber sous la voix torturée de Madison, et l'ouragan de violence asséné par ses deux acolytes.

  

Par : La Goutte, le 01 janvier 2023


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés